">

Moral des petites SSII Françaises

Depuis la fin de l’année 2008 et les premiers signes de crise, le Syndicat des Sociétés de Services et de Conseils en Informatique (le 3SCi) réalise plusieurs fois par an une enquête conjoncturelle auprès de ses membres (essentiellement des TPE de mois de 10 salariés) afin de jauger leur moral, de connaître leur état de santé et de savoir dans quelle mesure cette crispation économique les a impacté ou les impacte encore. La dernière édition date de mars 2010 et permet d’entrevoir plusieurs choses.

Primo, il existe un réel décalage dans le temps entre l’impact de la crise sur les grosses SSII et les petites SSII. « Durant toute la première moitié de l’année 2009, lorsque nous avons interrogé notre panel, il n’y avait aucun problème particulier » explique Olivier Bouderand, secrétaire général du 3SCi. Et ce, alors que du côté des SSII de taille plus importante, la crise était déjà là, avec des clients qui commençaient à couper les vannes et à réduire leurs dépenses. Ce n’est, en effet, qu’à partir du second semestre que le 3SCi a ressenti les premières secousses de ce tremblement de terre économique chez ses adhérents. « Les TPE travaillent en général avec des petites structures qui n’ont pas été touchées aussi rapidement et aussi fort par la crise » renchérit Olivier Bouderand. « Si on schématise, on peut noter un décalage de six mois entre le moment où les grosses SSII ont été touchées et celui où les petites l’ont été à leur tour. Sans compter que les effets de cette crise sur les TPE ont également été atténués comparé aux grosses entreprises ».

Et justement, aujourd’hui, alors que les grandes entreprises ont retrouvé de l’allant et recommencent à embaucher, les TPE, elles, accusent encore le coup. « Cela dit, on s’aperçoit que leur moral remonte pour 2011 et 2012 » note Olivier Bouderand. Et qu’au final, les relations avec leurs fournisseurs et leurs clients n’ont pas beaucoup changé depuis l’an dernier. Les encours accordés par leurs fournisseurs n’ont quasiment pas bougé (89%), tout comme les délais de paiement accordés (90%). Quant au chiffre d’affaires du premier trimestre 2010, il est resté au même niveau que celui du premier trimestre 2009 (dans 34% des cas, il a même augmenté de 10 à 20%). Le carnet de commande, lui aussi, a stagné(45%) ou s’est étoffé (21%). Enfin, les clients paient toujours en majorité au même rythme qu’en 2009 (41%).

Malgré cela, 62% des TPE interrogées pensent que la crise va encore durer au moins un an. 42% penchent pour un marasme pendant encore deux ans maximum et 20% pensent que cela pourrait durer encore plus longtemps. Dans ce contexte, ce que la plupart des TPE craignent, ce n’est pas tellement une baisse de leur chiffre d’affaires (de ce côté-là, elles restent relativement optimistes), mais un manque de trésorerie en raison du rallongement des délais de paiement de leurs clients (à 63%). Pour faire face, 47% des TPE du panel 3SCi envisagent donc d’augmenter leur activité commerciale et 42% de trouver de nouveaux débouchés et de nouveaux produits.

Quant au moral des dirigeants de ces petites entreprises, il est mi-figue mi-raisin puisque 48% des TPE l’estiment « moyen », 30% « plutôt bon », 9% « bon » et 3% « très bon ».

Source : ITChannel Info

Partager:
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • LinkedIn
  • viadeo FR
Vous pouvez laisser un message, ou faire un trackback depuis votre site.

Laissez un message